Mon approche de la céramique est issue de multiples expériences qui ont jalonné mon parcours.

Mes études aux Beaux-Arts de Saint-Etienne (DNSEP option Art en 1999) m'ont immergé dans une culture de l'histoire de l'Art moderne et contemporain.

Mon travail d'alors était orienté sur la sculpture à travers différents matériaux tels que le plâtre, le béton, le métal, et le bois. Par la suite j'ai partagé des ateliers avec des amis artistes. Parmi eux se trouvaient des céramistes, et j'ai eu la chance d'expérimenter le travail de la terre cuite. Cette première approche est devenue une véritable formation déterminante pour moi, et ne nouvelle orientation se dessinait peu à peu, mon parcours s'enrichissait des multiples possibilités offertes par la céramique.

Désireux de donner naissance à un objectif plus ambitieux autour de ce nouveau moyen d'expression, j'ai imaginé le projet LUX MINERALIS à la suite d'une découverte, celle des Radiolaires. Ce sont de petits organismes marins faisant partie du zooplancton, et dont le squelette aux formes géométriques et variées est composé de silice, matériau présent également dans la composition de la porcelaine.

J'ai découvert ces micro-organismes grâce aux représentations de Ernst Haeckel, peintre, philosophe et naturaliste du 19ème siècle dont les lithographies sont devenues célèbres, influençant de manière décisive le courant de l'art nouveau. La beauté de leur architecture vient de leur imparfaite symétrie; elle représente un juste équilibre entre la perfection fascinante mais froide d'une construction mathématique, et le côté imprécis et inachevé propre à tout organisme vivant, par définition en constante évolution.

Rapporté à la fabrication d'objets, cet équilibre m'est apparu comme un concept essentiel car il permet de garder une certaine vie aux formes. Le rendu recherché correspondait bien à mes moyens techniques, ceux d'un artisan. J'ai eu l'idée de fabriquer des luminaires à partir de ces formes, parfois en reprenant directement l'aspect d'un dessin ou d'une photographie de radiolaire et parfois en m'en inspirant plus indirectement. Le choix de la porcelaine s'imposa de lui-même pour ses qualités de translucidité. Le fait également que cette matière "bouge" beaucoup au cours du processus de séchage/cuisson correspondait également à l'objectif esthétique. De plus, ce projet alliait mes compétences techniques (moulage et coulage) et artistiques (conception et modelage). La mise au point fût difficile, surtout pour les grands modèles, et d'échecs en réussites je solutionnais les difficultés liées à la déformation, à la maîtrise de l'épaisseur, etc.

Le succès rencontré en 2007 après l'exposition des premiers modèles de luminaires m'a encouragé à poursuivre dans cette voie. Depuis, mon investissement n'a cessé de grandir. Je continue un travail de production et de recherche autour des techniques complexes liées à la fabrication d'objets en céramique,  et j'utilise principalement la porcelaine et le grès. Mon approche se caractérise par un goût prononcé pour l'expérimentation des matières et des techniques de fabrication. En tant que créateur, j'ai toujours été intéressé par le décloisonnement des champs artistiques. Je reste influencé par des disciplines qui s'étendent au delà des arts appliqués, de l'imagerie scientifique à l'Art moderne et contemporain, en passant par l'architecture, le design, la BD etc.